S’initier à l’écriture orale

Le conteur d’aujourd’hui a besoin d’un texte, quelle que soit l’histoire qu’il envisage de raconter, qu’il l’ait tirée d’un livre ou composée de toutes pièces. On pourrait dire qu’il a besoin, comme le musicien, d’une partition. Même s’il s’inspire d’une source existante, il doit réécrire cette partition pour l’adapter à une restitution orale.

Il s’agit de découvrir la musique de la parole et son lien au souffle. Toutes les formes prosodiques propres à la littérature orale en découlent : la régularité de la métrique, ses allitérations, ses assonances, ses rimes, la répétition des motifs et des formes, des refrains, les conventions d’ouverture, de clôture, d’interpellation et de réponses qui, sans être absents de l’écriture, n’y sont pas indispensables alors qu’ils le deviennent dans les arts de la parole. En travaillant à partir des textes de chacun, les stagiaires analysent ensemble sa structure. Ils identifient ses différentes séquences, les temps et lieux, les actions et les sentiments ainsi que les rapports et les mouvements qui les commandent et les relient. Ils composent ensuite une partition propice à la narration en choisissant des durées, des répétitions, un souffle, une musique, des métriques, des rythmes, des tonalités.

Renseignements et inscription 

Laisser un message

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s